La lumière pulsée fût et le poil disparut !

Cire, rasoir, machines à épiler, pince à épiler, tous les moyens sont bons pour venir à bout des poils.
Les femmes rêvaient d’une solution définitive, qui mettrait fin à cette corvée.

Au-delà du souci esthétique,  des centaines de femmes souffrent de troubles anormaux de pilosité qui empoisonnent leur vie.

Les poils, ces petits êtres disgracieux qui empêchent les femmes d’accomplir leur beauté, sont désormais en danger !

L’épilation définitive, une phrase qui fait rêver, mais qui est pourtant bien réelle.

Peut-on parler de solution radicale ?

Non. En effet, l’efficacité de la technique dépend de certains facteurs variables : type de peau, couleur de peau, cycle de vie du poil.

Mais à la comparer aux solutions « traditionnelles », l’épilation dite définitive semble plus économique pour un résultat durable, permanent.

Laser ou lumière pulsée ?

L’épilation au laser repose sur une technique qui veut que les rayons soient concentrés sur le bulbe poil par poil : Hervé Meurillion, directeur du centre DYDOU : « l’effet d’une loupe amplifiant un rayon de soleil sur une surface »
Un Risque de brulure subsiste, d’où la nécessité de recourir à un médecin.

La lumière pulsée est une lumière véhiculée par un cristal appliqué sur la peau, qui sera captée par la mélanine se concentrant de façon importante dans le poil.
Le bulbe du poil subit ainsi, une montée en chaleur qui va le détruire.

La machine produisant la lumière est programmée pour régler automatiquement le nombre d’impulsions, leur fréquence et leur intervalle selon le type de peau et de poil.

Douleur

Le cristal appliqué sur la peau la réfrigère, pour une sensibilité moindre.
Outre la réfrigération, il est tout à fait possible de régler la puissance de la lumière en fonction de la sensibilité de la peau.
Les témoignages rapportés parlent souvent de picotements nettement moins douloureux qu’une épilation à la cire.

Efficacité

L’efficacité de la lumière pulsée dépend de la densité du poil, de sa couleur et de son cycle de croissance.
Le poil doit être détruit lors de la première phase de croissance, ce qui reste assez hasardeux à définir. De plus, tous les poils ne poussent pas en même temps.

En général 4 à 10 séances sont suffisantes, avec dans des cas précis une à deux séances d’entretien tous les deux à trois ans.
Un intervalle de trois à quatre semaines est à respecter entre chaque séance, afin de laisser du temps à la peau de se reposer. A l’institut, on rase d’abord les poils pour éviter toute dispersion de la lumière

Combien ça coûte ?

Prévoir 150 euro pour les aisselles par exemple, à raison de 8 séances.
Duvet 150 euro à raison de 7 séances. Le prix de la séance étant de 18.5 euro.

Certaines précautions sont nécessaires à prendre. Ainsi il est préférable d’éviter les sujets à risques comme les femmes enceintes, les adolescents, ou encore les personnes sous chimiothérapie.

Les sourcils, étant proches des yeux, sont à bannir vu le risque encouru.